Prévenir les maladies cardiovasculaires

Par Recherche du Bien Etre.
Partager

Afin de prévenir les maladies cardio-vasculaires, il faut faire attention à ne pas acidifier notre organisme, il faut également prévenir les caillots sanguins, surveiller sa tension artérielle et  manger équilibrée.

Attention à l’acidification de l’organisme

Tabagisme, excès en sucre, sel, graisses saturées, alcool, aliments acidifiants….

Autant d’actions néfastes conduisant à l’acidification de l’organisme (voir l’article Comment diminuer l’acidité de notre corps)

L’acidification est un facteur d’aggravation de tous les problèmes de santé.


Lutter contre les caillots sanguins

La formation d’un caillot sanguin par excès de fibrine, peut obstruer l’artère. Ce risque est encore augmenté, lors de la formation d’un dépôt lipidique, sur les parois vasculaires.

Par manque d’oxygène, la sécrétion d’acide lactique, (que l’on retrouve aussi lors des efforts intenses, chez les sportifs), provoque des crampes musculaires mais également la crise d’angor au cœur.

La stase veineuse et la phlébite présentent des risques et complications.

Surveiller l’hypertension artérielle

1 - Faire du sport et manger de manière équilibrée

Ce phénomène, fort répandu, dans notre mode de vie occidental est largement lié au rythme de vie effréné, qui entraîne un état de tension interne et des troubles d’ordre neurovégétatif chez l’individu.

De toute évidence et avant même de parler d’action nutritionnelle, nous pouvons d’une manière responsable et autonome améliorer la situation par :

  • La pratique d’ exercices physiques, de préférence en extérieur ou dans un endroit bien aéré,  ce qui permet de nous muscler et d’oxygéner tous les tissus de l’organisme. Ceci favorisera la micro-circulation, bien sur impliquée dans l’hypertension.
  • La pratique d’une alimentation de qualité et modérément salée est propice à l’élimination progressive de l’encrassement, de la sclérose du tissu conjonctif, ainsi que du surpoids.

Les deux actions vont de pair, c’est en équilibrant notre alimentation que l’on peut perdre du poids et grâce à l’exercice que l’on améliore notre musculature.risques-maladie-cardiovasculaire

2. Donner du goût à votre assiette avec les plantes aromatiques

Les personnes ayant tendance à saler fortement les plats, trouveront une alternative avec l’utilisation de plantes aromatiques.

  • céleri
  • persil
  • marjolaine
  • romarin
  • thym
  • gingembre
  • ail
  • échalote
  • oignon
  • ciboulette
  • basilic
  • estragon
  • muscade
  • curcuma
  • cannelle et tant d’autres….

Riche en soufre, l’oignon cuit à la vapeur ou doucement dans l’huile d’olive est à conseiller, dans le cas présent, comme diurétique et pour désengorger les tissus de l’organisme.

Des substances nutritionnelles et différentes plantes accompagneront les changements mis en œuvre.


3. Les bienfaits des Bourgeons

L’olivier en jeunes pousses, qui a également l’avantage de faire baisser le cholestérol et les triglycérides. Son action est lente mais efficace. On peut y associer :

L’aubépine qui agit principalement comme régulateur de la tension artérielle en l’abaissant ou en l’augmentant, selon la nécessité. Elle agit de même sur le rythme cardiaque et apaise le système nerveux lié au cœur.

Ces deux bourgeons demandent une utilisation prolongée de deux à quatre mois, suivis de cures répétées, selon l’importance et l’âge avancé.

Notre corps est équipé de systèmes de filtrage et de circulation comme le foie et les reins.

En ce qui concerne l’hypertension, la filtration rénale est primordiale ainsi que la lutte contre la rétention d’eau.
Le bourgeon de frêne draine le rein, est astringent et élimine l’eau en excès qui perturbe le bon fonctionnement des organes. Ce faisant, il favorise les échanges transmembranaires.

L’acide aminé L-taurine a la faculté d’éliminer le sodium en excès dans le milieu cellulaire,
on le retrouve dans le complexe Aquahors avec de la prêle Bio et de la vitamine B6. On peut y ajouter 1 gélule de potassium par jour.

Le genévrier draine le rein et le foie : il est bon de commencer la cure avec 5 gouttes/jour. On augmentera si nécessaire très progressivement.

Quelques cures de Sève de Bouleau, agrémentée chez Equi-Nutri, de bourgeons de frêne et de cassis seront très utiles pour décrasser l’organisme, aussi bien au niveau du foie, du rein et des articulations.
Si le foie est engorgé, on pensera à la choline/inositol, qui aura l’avantage d’être apaisante et d’améliorer le sommeil.

Les dépôts lipidiques qui bouchent les artères ou l’ARTERIOSCLEROSE, situation dont les conséquences sont loin d’être anodines.


Substances nutritionnelles contribuant à lutter contre l’artériosclérose

1. La bromelase/papaïne

Doués de capacités enzymatiques peu communes, les extraits d’ananas « bromelase » et de papaye « papaïne », participent au désengorgement tissulaire et luttent contre l’œdème et la cellulite.

La papaïne a la faculté de digérer les protéines qui captent l’eau, elle draine l’acidité par le système digestif et rénal. Elle soutient l’activité gastrique et duodénale.

Consommée l’estomac vide et une demi heure avant les repas, la bromelase qui est anti-inflammatoire, possède la remarquable propriété d’éliminer progressivement les dépôts de cholestérol sur les parois artérielles ainsi que l’accumulation de fibrine (caillots), responsables des thromboses.
Ses effets sont amplifiés dans l’association bromelase / lécithine, qui maintient les graisses en suspension dans le sang, les empêchant ainsi d’adhérer aux parois vasculaires.

2. L’ail

Cuit à la vapeur ou en douceur dans un peu d’huile d’olive est tout indiqué contre l’artériosclérose. On le trouve également sous forme de poudre, en gélules ou en teinture mère. On le retrouve également dans le complexe Cardiabel avec l’aubépine et le cornouiller sanguin

Dans le cas de risque thrombotique, la gemmothérapie nous offre également des fluidifiants du sang :
Le cornouiller qui agit sur les plaquettes, empêche la formation de caillots et maintient la souplesse des artères, le marronnier qui tonifie les parois veineuses élimine l’oedème et le citronnier qui lutte contre la formation de fibrine dans le sang, comme la bromelase, est une bonne alternative à la fameuse aspirine, susceptible de provoquer des micro-ulcères de la muqueuse gastrique, après une utilisation prolongée.

Améliorer la circulation veineuse par les plantes

Plusieurs macéras glycérinés de bourgeons soutiennent la circulation veino-lymphatique :
Le complexe Vénabel : avec le châtaignier, le marronnier et la vigne lutte contre la fibrosclérose, la rétention d’eau, la stase veineuse. Il améliore la fluidité sanguine, l’état des parois vasculaires. Il combat l’ulcère variqueux,

  • La vigne (vitis vinifera) protège les petits vaisseaux capillaires.
  • Le citronnier fluidifie le sang, il est anti-cholestérolémiant et lutte contre l’athérome.
  • On l’associe souvent avec le cornouiller sanguin lors de la tachycardie, les extrasystoles et pour cicatriser le muscle cardiaque.
  • Le noisetier tonifie le système veineux, il est anti-scléreux et hypertenseur.
  • Le ginkgo biloba est très complet : action sur l’oxygénation, la fluidité et protection des tuniques vasculaires.
  • Le châtaignier s’adresse plus particulièrement à la circulation lymphatique.
  • Le marronnier fortifie les parois vasculaires, on peut l’utiliser dans le cas d’hémorroïdes.

Lutter contre l’arythmie cardiaque


En dehors de toute pathologie organique, lors de désordres au niveau du rythme, il est bon de vérifier le fonctionnement de la thyroïde.

D’excellents résultats sur les palpitations cardiaques ont été constatés après examens médicaux. La prise de Trophicard, un aspartate de magnésium et potassium a levé progressivement l’arythmie.

Le macérat glycériné d’aubépine est ici encore d’application dans la durée, elle est anti-spasmodique, vagotonique et tonicardiaque. On peut l’associer au bourgeon de tilleul.

Ces deux derniers contribuent à diminuer les palpitations et agiront comme sédatif sur le système nerveux.
Le cornouiller sanguin et le citronnier sont encore d’application (voir plus haut).

Prévenir l’angor et l’infarctus du myocarde.
On vient de le voir, un changement de comportement est impératif, c’est un mode de vie à adopter.

Rappels

  • Maintenir une tension artérielle dans des normes favorables.
  • Maintenir l’équilibre LDL et HDL en évitant un abaissement du LDL (dit « mauvais cholestérol ») trop rapide. De plus en plus d’auteurs considèrent que c’est surtout un taux d’acidité élevé qui accroit les risques cardiaques lors d’un LDL élevé.
  • Il est à noter qu’une perte de poids trop rapide et importante n’est jamais conseillée, elle peut provoquer une lithiase biliaire.

Le polycosanol est également équilibrant du LDL et HDL cholestérol.

D’une façon générale, une bonne élimination des graisses qui encrassent l’organisme est à envisager :

Le complexe Lipibel avec l’olivier, l’érable champêtre et le romarin agira sur l’équilibre LDL / HDL cholestérol, les parois vasculaires, les lithiases hépatiques et biliaires, le foie.

Enfin, n’oublions pas que l’on peut soutenir la fonction cardiaque avec les minéraux qui lui sont indispensables :
Pidolate de magnésium/potassium, ou complexe Coronor.

Le Co enzyme Q10/lécithine, est également très utile et d’autant plus indispensable lors de prise de statines, très généralement prescrites. Celles-ci diminuent bien le taux de cholestérol mais en même temps elles affectent la tonicité musculaire.

risque cardio


Partager Partager sur Facebook
2 882 vues

Commentaires fermés.

Voir également:

Régie publicitaire Pubdirecte
Votre site en popunder ici